Comment innover dans l’approche de la certification ISO 27001 ?

Comment innover dans l’approche de la certification ISO 27001 ?

Rencontre avec notre CEO, Thomas De Mota, qui va vous faire redécouvrir la démarche de certification !

La démarche de la certification est souvent abordée comme une mise en règle documentaire contraignante des normes pour répondre à une exigence client. Comment pouvons-nous l’aborder d’une autre manière ?

Vous souhaitez vous lancer dans une démarche de certification ISO 27001, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous vous imaginez peut-être devoir produire une montagne de documents et répondre à une liste incalculable d’exigences ?

Et si vous l’envisagiez d’une autre manière ?

C’est tout à fait vrai qu’il y a de la documentation à produire. Les règles de sécurité ainsi que les politiques de sécurité sont à établir. Les procédures doivent également être définies dans des documents formels. C’est la réalité, mais il faut savoir que c’est juste un aspect de la démarche de certification. Essayons plutôt de l’envisager sous un autre angle, celui de l’innovation.

L’innovation ? Nous pouvons innover quand nous lançons notre démarche de certification ISO 27001 ?

Tout à fait ! C’est notre manière de faire chez Feel Agile.

Innover c’est créer des marges de manœuvre sur la façon dont nous allons mettre en place la norme ISO 27001 et la sécurité.

Pour pouvoir innover, il faut donc déjà bien connaitre la norme et le texte. On parle ici de la norme ISO 27001, mais aussi de toutes les normes d’accompagnement (ISO 27002, ISO 27003,…) Ce sont des normes qui vont traiter de points particuliers de la mise en œuvre de la 27001. C’est donc très important de les connaître en profondeur afin de trouver et de comprendre la marge de manœuvre possible. En connaissant ce socle minimal des exigences, nous ne nous mettons pas de barrières trop importantes pour innover. L’auditeur ne peut pas vous rajouter des exigences qui ne sont pas définies dans la norme.

Pour innover, il faut connaitre à la perfection les normes pour connaitre nos marges de manœuvre

Comment cela se traduit concrètement, un exemple ?

Prenons l’exemple de la Revue de Direction. Auparavant, nous faisions la Revue de direction de façon semestrielle ou annuelle. Nous y passions en revue les incidents, tous les sujets de sécurité.

Quand une entreprise est mature sur ces sujets, cela fonctionne très bien. Mais quand on met en place les choses, c’est mieux de tenir des Revues de Direction mensuelles. Cela permet d’ancrer la Revue dans les pratiques plus facilement. Certains consultants diraient qu’on “n’a pas le droit “ et que  “ce n’est pas du jeu” mais si justement, on a le droit ! Tant qu’on remplit l’exigence minimale de passer tous les sujets de sécurité une fois par an, on a tous les droits de l’adapter à notre convenance.

Par exemple, nous pouvons revoir les incidents au mois de janvier et les risques au mois d’août. Nous ne sommes pas obligés de traiter tous les sujets en même temps. C’est d’ailleurs ce que je conseille, pour pouvoir intégrer les sujets plus régulièrement et que ce soit à jour tout le temps. Cet exemple est parlant et nous pouvons le décliner sur toutes les exigences de l’ISO 27001.

Faire des revues de direction courtes, participatives tous les mois

Qui peut adopter cette démarche ?

Cette manière d’aborder la certification s’adresse beaucoup aux entreprises à l’esprit agile. C’est vraiment appliqué l’esprit « agile » à la sécurité.  Nous avançons par petits bouts régulièrement, nous découpons tout, plutôt que de tout construire d’un coup en faisant quelque chose de trop compliqué.

Est-ce que les entreprises qui n’ont pas ce fonctionnement agile peuvent tout de même mettre en place cette démarche pour leur certification ?

Oui complètement. C’est tout à fait indépendant des méthodes officielles. On l’applique directement à l’organisation. Ce qui peux amener l’entreprise à évoluer dans sa façon de se structurer.

Cependant, c’est plus complexe sur les grands projets informatiques pour intégrer la sécurité car il y a souvent un historique qui est difficile à reprendre. Avec la norme ISO 27001, on parle vraiment de la sécurité dans sa globalité.

Quels sont les points importants dans cette démarche de certification ISO 27001 ?

Je pense que pour innover, la présence de la direction dans les décisions prises est essentielle.

Si vous voulez aller vite et être efficace sur la sécurité, vous pouvez aussi investir dans des petites formations de sensibilisation. Il existe aujourd’hui des outils très intéressants qui vous permettront d’automatiser vos campagnes de sensibilisation (comme Lucy Security).

Les outils qui vont également automatiser vos processus de sécurité sont également un investissement indispensable.

Rien ne remplace des sensibilisations présentielles, avec un dialogue direct avec les opérationnels

D’autre part, partir du terrain est autre élément important. Il faut construire des démarches de sécurité sur ce qu’il y a déjà en place. Bien connaître le terrain et ne pas calquer un système tout fait, c’est primordial ! Le système est ainsi construit de façon progressive et avec les équipes.

Ce qu’on préconise au début, c’est de faire des audits dès le commencement du projet. Les personnes sont ainsi préparées et sensibilisées très tôt. Au lieu de faire uniquement des audits blancs, on privilégie les démarches d’audits internes concrets et opérationnels. Cela permet de remonter les informations du terrain et de connaître l’existant parfaitement pour construire un système adapté.

Intégrer les audits flashs par sujet ou processus

Si nous voulons démarrer un projet de certification, comment pouvons-nous dès le début poser les bonnes bases ?

Le plus important c’est que la direction de l’entreprise soit impliquée. Elle doit l’être de façon très concrète en s’occupant des sujets de sécurité et des incidents, en demandant des comptes. Elle va également imposer des politiques de sécurité. En imposant les bases, les règles minimum en matière de sécurité, la direction montre son engagement fort dans la démarche. Mais attention, il faut qu’elle puisse assumer ces choix et les ressources liées au bon fonctionnement de cette politique !

Comment pouvons-nous nous assurer que la démarche mise en place corresponde à l’ADN de notre entreprise ?

La sécurité c’est valable pour toutes les entreprises ! La confiance au sein des entreprises est indispensable mais elle est insuffisante : on ne peut pas faire de sécurité sans contrôle. Pour autant, les notions de souplesse et d’adaptation sont présentes dans la sécurité. C’est ce qu’on appelle la sécurité opérationnelle : on tient compte de la réalité des personnes et de leur travail pour ne pas établir un système trop contraignant. Si c’est trop contraignant, le système et les règles vont être contournées… Le tout est donc de construire un château fort qui sera protégé par un système de contrôle intelligent.

Comment pouvons-nous continuer à être agiles après la certification ?

L’enjeu après la certification c’est de maintenir le système créé progressivement. Pour réussir cela, il faut maintenir la même philosophie, la même démarche, et l’effort dans la durée !

Est-ce que je peux retrouver cette vision chez tous les consultants en ISO 27001 ?

Il y a de nombreux consultants qui partagent cette vision et cette approche mais il faut vérifier lors du recrutement que dans les faits cette philosophie soit vraiment présente. Opter pour l’innovation dans la démarche ISO 27001 vous donnera des résultats en termes de sécurité et aussi de certification !

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre accompagnement à la certification, retrouvez toutes les informations ici et sur notre FAQ.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question.

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !