jQuery(function($){ $('.logo_container a').attr('href','https://feelagile.com'); });
Sélectionner une page
La motivation : une question vraiment complexe

La motivation : une question vraiment complexe

«Un siècle de recherche en psychologie n’a pas suffi à percer l’énigme de la motivation».

Ainsi s’ouvrait le grand dossier consacré à cette question par le magazine Sciences Humaines, en 2015.

Sans prétendre avoir résolu l’énigme, je vous propose une perspective originale sur cette question essentielle pour tous les dirigeants.

Mais enfin qu’est-ce qu’ils veulent ???

M. LEBOSSE est un patron avisé. 

Pour obtenir une implication idéale de ses employés, il sait bien qu’il doit utiliser autre chose que la carotte ou le bâton. 

Bien sûr il y a toujours une reconnaissance par le salaire, et il est tout aussi certain que la contrainte reste une option disponible. 

Mais LEBOSSE a une autre idée sur la question : les gens doivent simplement avoir un bon état d’esprit. Ils peuvent tous se révéler excellents s’ils se mettent à croire en eux-mêmes. 

Il a lu un bouquin de Carol Dweck, une chercheuse américaine très réputée. 

C’est évident : quand les gens prennent conscience de leur potentiel trop longtemps étouffé par un état d’esprit «fixe», ils changent.

Pour l’entreprise, c’est un avantage énorme. 

D’ailleurs c’est exactement ce qui s’est passé avec le nouveau, Lucas, à la suite de son premier entretien d’évaluation. 

…Mais pourquoi ça ne marche pas avec Clément ? 

-Il le fait exprès ? 

-C’est un crypto-syndicaliste ? 

-Un parasite rétif à la technique de motivation idéale ?

Cette fois on a trouvé la bonne technique…

L’idée d’autonomie est dans l’air du temps pour diverses raisons :

LEBOSSE a décidé d’en parler avec son ami LETAULIER. Lui aussi dirige une entreprise, il peut comprendre. 

Mais LETAULIER n’en revient pas de cette théorie de l’état d’esprit de réussite. Il n’a jamais entendu parler de Carol Dweck !

Évidemment on n’en est plus au stade «la carotte et le bâton». Mais la solution universelle, il la connaît. 

Parce qu’il a compris comment fonctionnent les gens

En fait, le secret, c’est le sentiment d’appartenance. 

C’est simple : les gens ont besoin de faire partie d’une équipe, d’être acceptés, reconnus, de partager des normes et des codes. 

D’ailleurs deux chercheurs américains très réputés, Edward Deci et Richard Ryan, l’ont clairement démontré. Ce qu’il faut faire, c’est bien souder les équipes. 

D’ailleurs ça marche… 

…enfin, pas toujours à vrai dire.

On pourrait multiplier les préconisations par le nombre de théorie de la motivation :

·     L’idéal : les gens s’investissent fort dans quelque chose de grand

·     Imitation : les gens sont motivés par des exemples qui les inspirent

·     Environnement : les gens veulent des conditions de travail agréables

·     Reconnaissance : les gens ont besoin d’être félicités pour ce qu’ils font bien

·     Tactique : les gens ont besoin de se renforcer par l’atteinte de buts intermédiaires

·     Enfin, le renouvellement : rompre la monotonie par d’incessantes nouveautés

·     …

La liste est loin d’être exhaustive, et je m’abstiens d’évoquer les quelques facteurs qui me semblent fournir les meilleurs illusions de «solution universelle».

«les gens», ça n’existe pas

À force de parler, par commodité, de groupements comme «les opérateurs», «les cadres» ou même «les équipes», on pourrait oublier que ce sont seulement des concepts. 

«Les cadres» n’ont pas de capacités, d’intentions ou de comportements définis. «Les gens» ne réagissent pas d’une manière à telle injonction et d’une autre manière à telle intervention.

Il n’y a en réalité que des individus, et seul l’individu a la capacité de penser, d’agir, et de s’exprimer. 

C’est ce que je crois et que je mets en application dans mon travail : une vision du management qui est fondée sur la personne humaine

Chaque individu, et cela vaut évidemment aussi pour la personne du dirigeant, a ses propres aspirations, sa sensibilité, son système de pensée.

Les motifs qui animent les individus sont multiples, changeants et complexes. 

Une vision mécaniste et newtonienne ne convient donc pas pour envisager la relation humaine. On ne peut pas évacuer cette complexité, ni faire l’économie de la relation.

Je pense que tout se joue dans la relation. 

Un contact sincère et sans a-priori permet de comprendre la personne, ses perceptions et ce qui l’engage dans l’action. 

Établir une authentique relation est autrement plus favorable pour l’entreprise qu’appliquer des astuces de motivation.

 «Motiver les gens» d’un point de vue surplombant, comme cela se fait encore dans de très nombreuses entreprises revient à mettre des rustines et croire qu’on va regonfler «les équipes» à bloc. 

Grave illusion, à mon sens, c’est pourquoi j’approfondirai ce thème dans d’autres articles.

Très personnellement,

Thomas

(qui aime aussi les théories sociales des chercheurs américains)

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !


L’autonomie au-delà des malentendus

L’autonomie au-delà des malentendus

J’ai entendu si souvent quelqu’un me dire qu’il se mettait à son compte pour enfin trouver la liberté d’action qui lui avait toujours manqué en tant que salarié…

…Comme s’il y avait d’un côté l’entreprise qui serait l’équivalent du goulag équipé d’une machine à café, et de l’autre le freelance fier et indépendant, héros postmoderne qui fend de son menton volontaire les nuages de la conjoncture économique.

Il me semble évident que l’autonomie, et, pour être plus exact, l’autonomisation des individus, est un enjeu qui est essentiel quelle que soit la situation de travail.

Et surtout, qui va beaucoup plus loin qu’une idée de préférence personnelle : je crois qu’il s’agit en fait d’un mouvement de fond, qui touche toute la société.

Ce n’est encore qu’un des malentendus qui entourent cette notion, que je vais évoquer ici.

Traduction et résumé : l’interdépendance est au bout du chemin de l’autonomie

L’idée d’autonomie est notamment dans l’air du temps pour diverses raisons :

  • Technologique : les moyens de communication actuels facilitent le travail à distance
  • Organisationnelle : le management participatif implique plus de délégation et d’écoute
  • Générationnelle :  l’autoritarisme, la directivité ne sont plus acceptés
  • Fonctionnelle : introduire plus d’autonomie produit un gain d’efficacité mesurable
  • Culturelle : la tertiarisation de l’économie aboutit à une économie de la créativité
  • Réactionnelle : l’absurdité de la culture du présentéisme produit son antidote
  • Systémique : au-delà d’un certain niveau de complexité, l’autonomie locale est nécessaire

J’entends par autonomie plus que sa définition classique, dérivée des racines grecques autos (soi-même) et nomos (règles) : faculté de se gouverner soi-même, en se donnant ses propres règles de conduite, sans être dominé par une autorité extérieure.

DES JOUEURS, PAS DES PIONS

Que signifie «autonomie» pour les salariés, dans le cadre d’une entreprise ?

Une bonne partie de la réponse est donnée de manière très concrète par l’exemple de FAVI, l’entreprise de Jean-François Zobrist, que j’ai évoqué dans un billet de blog précédent.

  • Auto-organisation : la manière de procéder est la responsabilité des opérateurs, le dirigeant ne doit pas l’imposer ;
  • Auto-direction : reconnaissance des collaborateurs comme individus compétents, pour agir ou pour apprendre, et légitimes dans les décisions qu’ils prennent pour satisfaire les clients ;
  • Auto-contrôle : l’autonomie n’est réelle que si la confiance est étendue à la vérification de la qualité.

L’idée est que l’acteur qui n’est pas reconnu se désinvestit, ce qui impacte la qualité de son travail et les résultats de l’entreprise.

À l’inverse, faire confiance aux acteurs et permettre la prise d’initiative améliore l’implication, densifie les liens entre collaborateurs, améliore la communication, l’efficacité, et le bien-être au travail.

SE PRÉOCCUPER DES MOYENS

Je tiens aussi à faire une mise au point sur un quiproquo majeur qui pourrit la perception de l’autonomie : l’autonomie se signifie surtout pas qu’on se fiche des moyens tant que le résultat est au rendez-vous.

Daniel Pink, dans son best-seller sur le management «La vérité sur ce qui nous motive», écrit il y a 10 ans, faisait l’éloge du modèle ROWE (results-only work environement), un style de management uniquement centré sur les résultats.

«Tout ce qu’on leur demande est que le travail soit fait», affirmait apparemment la direction de la grande enseigne américaine BEST BUY. Sauf qu’en réalité… cette société a vite abandonné ce modèle totalement contre-productif.

Ne se focaliser que sur les résultats engendre non-seulement toutes les dérives du court-termisme (c’est-à-dire la pire chose à faire s’il s’agit de pérenniser l’activité d’une entreprise), mais en plus ça revient à se priver de la compréhension de l’activité.

Il me semble qu’il faut à l’inverse s’intéresser de près aux moyens mis en œuvre pour atteindre les résultats : non les dicter, mais les comprendre.

L’inventivité et le pragmatisme qui caractérisent la libre détermination des moyens génèrent à peu près tous les échanges qui font vivre l’entreprise.

…Ce n’est pas en faisant du team-building à VTT lors du séminaire annuel qu’on créera ce type de relations.

Cap sur l’autonomie…

DÉCLARATION D’INTERDÉPENDANCE

Gagner en autonomie ne signifie pas faire cavalier seul.

L’autonomie est une interdépendance, non une indépendance.

Je veux là encore dissiper un malentendu :

  • l’autonomie n’est pas une donnée («mon employé est-il assez autonome ?»)

mais plutôt

  • un terrain d’action pour le manager («comment développer l’autonomie des collaborateurs ?»)

Souhaiter une organisation dans laquelle les acteurs soient plus autonomes implique nécessairement d’être décidé à développer les capacités des collaborateurs, c’est-à-dire de les aider à progresser dans leurs capacités individuelles.

C’est donc une manière d’être en relation :

  • échanger sur les moyens,
  • faire des points d’étape,
  • faire sortir les difficultés en temps utile…

Aider signifie apprendre à l’acteur à faire par lui-même : c’est la logique de responsabilisation qui relève en fait du bon sens universel. L’encyclopédie antique Chinoise, le Guanzi, comprenait déjà ce conseil : «Si vous prévoyez pour dix ans, plantez un arbre ; pour cent ans, éduquez le peuple.»

Aussi, se préoccuper du développement des capacités des collaborateurs est au moins aussi important pour l’entreprise actuelle qu’atteindre des résultats.

L’extension de la responsabilité et des capacités des acteurs entraîne automatiquement la multiplication des relations.

C’est un moyen pour renouveler les liens dans l’entreprise, en quantité et en qualité.

Je dirais en conclusion que la notion d’autonomie est beaucoup plus fructueuse qu’on ne pense souvent.

De plus, elle permet de reconsidérer les questions de responsabilité, d’autorité, de contrôle, de motivation… Elle conduit ainsi à une réflexion sur la maturité, la prise de risque, l’apprentissage…

Et je suis persuadé que les avantages que l’autonomie apporte aux individus s’étendent à l’organisation dont ils font partie.

En toute interdépendance,

Thomas

(qui peut répéter si vous avez mal entendu)

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !


L’Entreprise libérée : un modèle qui interpelle

L’Entreprise libérée : un modèle qui interpelle

Vous sentez-vous concernés par le modèle de l’entreprise libérée ?

On la définit comme un modèle d’organisation dans lequel les salariés sont libres et responsables des actions qu’ils entreprennent.

Quelques exemples :

  • un pionnier : FAVI (pièces métalliques pour automobiles)
  • la MAIF,
  • la Clinique Pasteur (1800 employés),

… mais encore des sociétés étrangères célèbres comme :

Comme preuve de la pertinence de ce modèle, on a des réussites exemplaires.

Mais… on ne manque pas d’exemples d’entreprises qui prospèrent en utilisant des modèles d’organisation traditionnels !

Je me demande donc encore si ce modèle a vocation à se généraliser, ou s’il va rester une exception.

Aujourd’hui je vous propose tout simplement quelques pistes de réflexion, car il me semble que tout dirigeant gagnerait à confronter son mode de fonctionnement à celui des entreprises libérées.

LA MOTIVATION : RETROUVER L’ENGAGEMENT

 D’après un sondage réalisé en 2018, les salariés français comptent parmi les moins engagés dans leur travail, au plan européen. 

Franchement, est-ce que ça vous surprend ? Il est tellement répandu d’entendre des échanges laconiques au premier jour de la semaine du genre :

-Ça va ?

-Comme un lundi…..…(sur le ton ronchon et passablement désespéré qui ne laisse pas espérer un grand enthousiasme pour les jours suivants).

Ajoutez à ça le phénomène «Bullshit jobs» qui a fait se reconnaître 1/3 de la masse salariale en Occident, et une étude crucifiante sur le bonheur au travail :

oui, le modèle traditionnel est en crise.

À ce sujet, il semble effectivement que l’entreprise libérée ait trouvé comment générer à nouveau la motivation.

En fait, en gagnant en autonomie, les employés trouvent plus de sens à leur action, et ils s’approprient le travail : ça devient vraiment LEUR travail, les objectifs sont intériorisés, et l’implication est spontanée.

En plus de cette motivation intrinsèque :

– avoir le contrôle de son action,

– être fier de ce qu’on fait,

il y a une part de mobilisationqui se fait au sein des équipes :

-elles ne sont plus soumises aux ordres de la Direction, mais…

-…vraiment dans le même bateau, et mises face à leurs responsabilités.

LA RESPONSABILITÉ : LA GRANDE INCONNUE

Je le dis tout net, une objection qui m’empêche d’adhérer entièrement à cette démarche est qu’elle ne peut fonctionner qu’à condition d’être en présence d’un personnel responsable en toute conscience.

Vouloir plus d’autonomie est une chose ;

assumer les implications des choix et comportements dans la pérennité de l’entreprise en est une autre…

Je consacrerai un autre billet à cette question particulière que je trouve essentielle.

LES DÉCISIONS : UNE REMISE A PLAT

L’entreprise libérée parie sur l’intelligence collective : elle veut mettre 50 ou 1000 cerveaux en réseau pour prendre les décisions.

On considère que les équipes et acteurs sont légitimes pour déterminer les actions, la répartition des tâches, l’organisation quotidienne du travail.

Ce modèle présente entre autres avantages d’éviter une énorme déperdition d’énergie et de temps en contrôle et reporting, pour se consacrer entièrement au développement.

Les cas concrets montrent que ça marche plutôt bien, car les employés connaissent bien le contexte, et sont proches des besoins clients.

Cette horizontalité suscite évidemment des craintes, mais l’entreprise libérée fonctionne toujours selon des règles claires, et sous la supervision d’une Direction qui est garante de la vision d’ensemble. 

LE SUIVI : VÉRIFIER L’ATTEINTE DES OBJECTIFS

Au crédit de ce modèle, on peut reconnaître que des indicateurs simples comme le CA, le développement commercial, mais aussi le taux d’absentéisme donnent vite la mesure du succès.

Une part de contrôle demeure, mais sous la forme de boucles de contrôle courtes, et pas de longues chaînes de reporting qui donnent l’impression à l’acteur qu’il n’est pas reconnu.

Je mentionne aussi la culture de la transparence, qui marche dans les deux sens :

– les employés ont besoin de toutes les informations nécessaires pour faire les choix les plus judicieux

– les équipes montrent leur façon de travailler (d’autant que dans ce contexte, la communication interne est essentielle)

LA RÉGULATION : ACCOMPAGNER PLUTOT QUE CONTRAINDRE

J’ai lu un témoignage convaincant d’un chef d’entreprise du numérique (Agesys), affirmant avoir voulu retrouver l’esprit start-up de leurs débuts : implication, plaisir d’avancer, capacité d’adaptation rapide.

L’entreprise libérée est nécessairement agile : dans le respect de la vision et des valeurs, rien n’est figé, elle peut se réinventer en permanence pour s’adapter aux fluctuations du réel.

Les managers, dans ce contexte, deviennent des «animateurs» ou «accompagnants» : ils apportent leur expertise en soutien aux équipes, et aident à l’acquisition de nouveaux comportements.

La bonne performance globale des entreprises libérées, dans un contexte de monde du travail en crise d’identité, me fait trouver la démarche assez convaincante pour qu’à minima, on s’y intéresse.

D’ailleurs, il n’y pas vraiment un changement d’état radical des entreprises qui adoptent ce modèle : elles choisissent la méthode des petits pas, ou «changement incrémental», le premier pas étant peut-être une prise de conscience.

Je vous laisse réfléchir à l’immense réserve d’énergie et de potentiel non-exprimé qui pourrait être activé si les salariés retrouvaient un fort sentiment d’appartenance et une implication exemplaire…

En toute liberté,

Thomas

(qui va rentrer en Harley-Davidson après avoir exprimé tout son potentiel)

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !


Piloter : une question de méthode

Piloter : une question de méthode

Mon métier m’a permis de travailler avec des entreprises qui possèdent énormément d’atouts :

  • des équipes très qualifiées et engagées,
  • positionnés sur des secteurs de pointe,
  • des marchés porteurs,
  • une bonne image.

Et !… où chacun sait qu’il existe de bonnes méthodes de travail.

Mais …  sans doute n’ont-ils jamais assimilé complètement les bénéfices d’agir selon une méthode très structurée.

La croissance de ces entreprises est comparable à la trajectoire d’une fusée d’essai : ça crache le feu, c’est magnifique… c’est instable… et bientôt c’est hors de contrôle.

Comment une bonne méthode permet-elle de véritablement piloter, au lieu de courir de droite à gauche en mode pompier et en stressant quand se présentent des opportunités, au lieu de planer ?

Une méthode ?

Je parle d’un ensemble de principes et de règles qui favorisent la bonne gestion  de l’entreprise. Appliquer une méthode bien définie, c’est ce qu’on fait dans tous les domaines pour exprimer son plein potentiel :

  • Méthode de chant,
    • méthode bulgare en musculation,
      • La méthode KonMari pour le rangement… ;

Méthodes d’organisation :

  • GTD de David Allen[1],
    • PERT ou chemin critique,
      • méthode des 5 S…

Sans le savoir, nous utilisons presque tous la méthode que Descartes a mis au point il y a 400 ans !

Suivez-moi ! J’essaie de revenir aux fondamentaux : quels qualificatifs communs font le succès de ces méthodes ?

1- Des méthodes éprouvées

Elles sont le fruit d’une énorme accumulation d’expérience. Une méthode répandue a été mise à l’épreuve et adoptée par des millions de personnes.

Longtemps réfléchies et améliorées, ces méthodes deviennent bénéfiques et valables pour le plus grand nombre.

C’est l’essence même des best practices : dans un milieu donné, il existe un consensus sur les comportements indispensable au succès.

Avez-vous vraiment le temps de ne pas en tenir compte et de créer entièrement la vôtre ?

2 – Des méthodes partagées

L’adoption claire d’une méthode facilite le travail en commun. 

Vos sites sont multiples ?

Vos employés sont en télétravail partiel ? Une synchronisation est nécessaire pour éviter l’effet Tour de Babel…

En utilisant la même méthode aux différents points, on se comprend mieux et on est plus efficace.

3 – Des méthodes planifiées

Comment gérer la perspective temporelle à l’ère de la frénésie d’action et de l’immédiateté ?

Utiliser une méthode permet de replacer l’action dans le temps. C’est-à-dire anticiper, estimer par avance les risques et les opportunités. Déterminer les priorités, ce qui est essentiel.

Chacun sait que quand on manque de temps, il vaut mieux passer du temps à mettre à l’épreuve une idée pour voir si elle est pertinente, que courir partout comme un poulet sans tête.

Benjamin Franklin, qui a tout de même rédigé la Constitution des États-Unis et inventé le paratonnerre en plus de diverses occupations glorieuses, passait 1 heure tous les matins de sa vie à planifier précisément les tâches de sa journée.

4 – Des méthodes vérifiées

Travailler selon une méthode permet de contrôler et orienter l’action avec assurance. 

  • D’une part on entre dans une logique de suivi, évaluation et retour d’expérience, selon des procédures établies, et non comme simple vœu pieux.
  • D’autre part utiliser une méthode claire facilite la relation en B to B : le client et le fournisseur ont d’autant plus confiance qu’ils savent contrôler l’avancement des opérations.

Ce qui est mesurable conduit plus facilement à la qualité.

Un proverbe Californien dit : «Want to hack it ? Track it !»

Je crois absolument à l’importance des méthodes pour ne pas s’éparpiller, et pour éviter la répétition d’intentions sans suite.

On peut passer de la dispersion à la concentration, de l’accablement à l’accomplissement, quand on utilise une méthode[1].

Bien méthodiquement,

Thomas,

(qui a plus d’un référentiel dans son sac)

[1]Dont voici une variante qui vous sera très utile si vous êtes Japonais et fan de carnet Rhodia.

(2) Dans le domaine de la sécurité de l’information en particulier, l’absence ou l’insuffisance de méthode crée toutes sortes de vulnérabilités. Ce soir, essayez de dormir en laissant votre porte d’entrée grande ouverte. Ne changez rien d’autre. Vous verrez.

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !


La technique de combat ISO 27001

La technique de combat ISO 27001

ISO 27001 Épisode 2  – Démarche ? Des marches

Elevator pitch : ce terme fait rêver d’ascension verticale… 

Popularisé par Guy Kawasaki, ancien d’Apple, l’elevatorest un argumentaire bref comme un trajet en ascenseur. 

Bruce Lee, dans son dernier film, a pris l’escalier. Ça ne l’a pas empêché de remporter tous ses combats.

Marchons donc dans ses pas avec l’épisode 2 de « la technique de combat ISO 27001».

GRAVIR LA TOUR DU CONTRÔLE

Ce fameux survêtement jaune (pour ceux qui suivent), c’était d’abord la tenue de combat qu’arborait Bruce Lee dans «Le Jeu de la Mort».

Un bon titre pour illustrer la gestion d’entreprise à l’ère des cyberattaques (avec des coûts qui mettent KO les plus fragiles).

Le scénario du Jeu de la Mort était plus encourageant : pour atteindre le chef mafieux qui attaque sa famille, Bruce Lee devait monter au sommet d’une pagode dans laquelle chaque étage était gardé par un combattant redoutable. Que le meilleur gagne.

Quand vient votre tour d’être confronté au danger, sécuriser les informations essentielles de votre activité au moyen de la méthode ISO 27001, plutôt que se contenter d’une gestion erratique et confuse, présente de multiples avantages, que je vais résumer en 4 étages points:

1)     Pragmatisme : faites ce que vous voulez, et faites-le vraiment

Chaque entreprise a ses propres priorités et enjeux. L’ISO 27001 propose à la Direction de déterminer librement  les mesures de protection qui conviennent à son contexte.

Il s’agit encore une fois de se concentrer sur ce qui est essentiel à son activité, pas d’atteindre un absolu.

Dans cette optique de pragmatisme, je dis toujours que ce qui compte pour que votre SMSI soit un atout dans votre jeu, c’est ce qui est vécu, effectivement pratiqué par vos équipes, pas un joli classeur rempli de procédures écrites déconnectées de votre réalité quotidienne.

Moi, j’aime prendre exemple sur Bruce Lee : vraiment agile, il s’adapte parfaitement au contexte de chaque combat.

2)   Clarification : en interne et vis-à-vis de l’extérieur

Utiliser l’ISO 27001 vous aide à y voir clair :

  • dans vos priorités,  
  • dans votre exposition aux risques, 
  • et dans les responsabilités de chacun 

…puis vous conduit efficacement vers la détermination des objectifs facteurs de succès.

Pour le dirigeant d’entreprise, c’est un excellent moyen de disposer d’indicateurs et d’éléments de pilotage, grâce à la logique d’audits récurrents et à la mobilisation des équipes.

Vis-à-vis de vos fournisseurs et clients, la certification montre que l’entreprise a pris conscience des risques pesant sur ses informations, et qu’elle a un plan de protection actif et évolutif. 

Parce que vous ne savez jamais ce qui vous attend au prochain étage…

3)    Atout marketing : la différenciation en mode Dragon

L’ISO 27001 vous positionne en tant qu’entreprise qui sait évoluer constamment, c’est-à-dire la mieux placée pour accéder à de nouveaux marchés.

Outre le gain en termes d’image, qui est évident, cela assure vos clients que leurs exigences seront prises en compte.

Dans la phase de vente, une entreprise qui peut attester du respect de bonnes pratiques qui vont au-delà de la réglementation se singularise : cela crédibilise votre proposition commerciale.

N’oubliez pas non plus qu’à l’international (et pas qu’à Hong Kong) certains pays sont très avancés dans l’adoption de l’ISO. Pour construire des partenariats avec des grands groupes, c’est évidemment décisif. 

4)     Prêt à parer tous les coups

Le progrès continu est dans l’ADN de l’ISO. Gardez à l’esprit que la certification ne vous est accordée qu’à la condition que vous intégriez les nouveaux défis. Le cycle de certification est de 3 ans, et de toute façon vous inspecterez continuellement votre propre activité.

Ainsi le SMSI est un outil idéal pour découvrir au plus vite les non-conformités et y réagir avant qu’elles ne portent préjudice à votre activité.

En pratique, les entreprises qui adoptent cette démarche s ’aperçoivent qu’en intégrant le niveau d’exigence de leur client ou prospect le plus exigeant, elles se dotent d’un niveau de performance qui bénéficient à l’ensemble de leurs activités.

…Je laisse le dernier mot à Bruce Lee, qui a dit :

« Il n’y a pas de limites. Il y a des niveaux, mais tu ne dois pas en rester là, il faut aller au-delà. […] 

Un homme doit toujours dépasser son niveau.»

(The Art of Expressing the Human Body)

À suivre au prochain étage,
Thomas
(qui pousse le cri qui tue en tapant ses billets de blog)

Contactez-nous

Des projets ? Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !